La procédure admission post-bac (APB)

Admission Post-Bac

Si une part non négligeable des bacheliers du lycée Louis-le-Grand rejoint une université de médecine, de droit ou de sciences politiques, ou encore d’autres filières plus inattendues, la grande majorité d’entre eux intègre une classe préparatoire, qu’elle soit à dominante littéraire, scientifique ou économique. Environ 30% des élèves poursuivent dans une classe préparatoire du lycée, les autres élèves se répartissant dans différents autres établissements.

L’avenir de la majorité des bacheliers du lycée se trouve donc hors de ses murs. Raison première pour bien connaître le parcours d’inscription et les possibilités de choix après le bac, et fréquenter les Journées Portes Ouvertes (JPO) des différents établissements (lycées et universités).​

A - L'inscription, un jeu d'enfant ou presque...

Sept étapes en bref : des démarches à effectuer sur internet...
  • S'informer !
  • S’inscrire sur le site Post-Bac pour rejoindre l’université, les classes préparatoires ou d’autres filières (écoles d’ingénieurs ou de commerce post-bac, BTS, DUT …)
  • Recenser et prioriser ses vœux
  • Confirmer les candidatures et constituer son dossier
  • Classer définitivement ses vœux
  • Consulter les propositions et y répondre, en patientant (parfois) jusqu’au 3ème tour de proposition...
  • S’inscrire dans l’établissement
Un portail d'inscription unique pour universités et CPGE : www.admission-postbac.fr

En vue de simplifier les démarches d’inscription postbac, il existe désormais un dossier d’inscription unique et nécessaire, qu’on envisage de s’inscrire à l’université (y compris Médecine et Pharmacie = PACES) ou en filières sélectives (dont les Classes Préparatoires aux Grandes Écoles, ou CPGE). L’inscription se fait en ligne sur www.admission-postbac.fr.

  • Les classes préparatoires, les filières sélectives et les universités non sélectives figurent désormais sur une seule et même liste de vœux.
  • Dates prévues des inscriptions : de mi-janvier à mi-mars (se renseigner chaque année pour les dates précises).
  • ATTENTION : En 2017, certaines écoles n’étaient pas rattachées à ce système, telles Paris-Dauphine, Sciences-Po Paris et les IEP. Il convient donc de bien se renseigner.

B - Quel parcours pour la procédure Admission Post-Bac (APB)

Avertissement : le calendrier définitif et les modalités de chaque année doivent être vérifiés ; les dates indiquées ci-après sont approximatives et peuvent changer d'une année à l'autre.

1 - Information

Dès début décembre, ouverture pour les candidats du site d'information sur www.admission-posstbac.fr. Consulter le « guide du candidat », disponible sur le site, qui détaille la procédure ; voir également la brochure de l’ONISEP « Après le BAC ».

2 - Inscription

A partir du 20 janvier, l’élève enregistre sa candidature en se connectant sur : www.admission-postbac.fr. L’élève doit renseigner sa date de naissance et son numéro INE qui figure sur le relevé de notes des épreuves anticipées du bac. Il doit aussi renseigner une adresse e-mail valide jusqu'à la fin de la procédure (éviter les adresses de type Hotmail). Il reçoit un numéro de dossier APB et choisit un mot de passe qui vont lui permettre de gérer son dossier étape par étape sur ce même site. Il faudra bien les noter car ils sont indispensables pour se connecter.

A noter : L’inscription dans les INSA (Instituts Nationaux de Sciences Appliquées), les ENI (Écoles Nationales d’Ingénieurs), les Cycles Préparatoires Intégrés (CPI), les Cycles Préparatoires Polytechniques (CPP), les Groupements d’Écoles d’Ingénieurs Publiques à Parcours Intégrés (GEIPI) ainsi que dans les Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech (PEIP) et dans quelques autres écoles s’effectue sur ce même site.

3 - Formulation des vœux

Du 20 janvier au 20 mars, l’élève formule ses vœux (quelles filières et où) et les renseigne sur le site www.admission-postbac.fr.

  • ATTENTION : Un premier classement des vœux est obligatoire avant la clôture le 20 mars, même si ce classement reste modifiable ensuite jusqu’à fin mai. Réfléchir pour bien hiérarchiser ses vœux, consulter ses enseignants, aller aux journées portes ouvertes des établissements que l’on convoite est utile durant cette période. Au-delà du 20 mars, il ne sera plus possible d’ajouter un vœu.

Combien de vœux ? Emettre des vœux, c'est classer 24 demandes au maximum.

Nombre de demandes possibles par type de filière : 12 en L1 (dont la Première Année Commune aux Études de Santé = PACES), 12 en CPGE, 12 en formation d’ingénieurs, 12 en écoles de commerce, 12 en écoles d’architecture, 12 en écoles supérieures d’art, 12 en BTS, 12 en DUT, etc.

Un vœu, c’est une filière (ou voie) dans un établissement (sauf cas particuliers).

  • Chaque vœu correspond donc à un tandem « établissement/voie ».​
  • Pour un même vœu en CPGE, on peut postuler en internat et en externat.
  • Lorsqu'il s'agit d'un réseau d'écoles, comme les INSA ou Polytech, le candidat peut choisir plusieurs établissements de ce réseau, on ne lui comptera qu'un seul vœu.

Depuis 2016, l’accessibilité des filières est signalée par une pastille de couleur : la verte désigne les formations dont l’accès est garanti, la bleue les filières ouvertes pour lesquelles le candidat n’est pas prioritaire (typiquement une licence L1 en accès libre dans une autre académie), et l'orange (jaune-orangée en réalité, de sorte qu'elle est parfois qualifiée de "jaune") désigne les filières en tension dont la capacité d'accueil limitée est habituellement inférieure au nombre de demandes. L’absence de pastille marque les filières sélectives (CPGE, BTS, DUT, doubles licences...).

​Il est désormais obligatoire pour les bacheliers généraux de mettre une filière à pastille verte dans leur liste de vœux (typiquement, une licence L1 en accès libre, dans son académie).

Filière PACES (médecine-pharmacie-odontologie-sage femme) : pour l'Île-de-France, un seul vœu générique suffit​, assorti d'une hiérarchisation des 7 universités de la région proposant la formation.

Filières Droit, Psychologie et STAPS (Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives) : en Île-de-France, ces licences sous forte tension font chacune l'objet d'un seul vœu "groupé", assorti d'un classement par ordre de préférence de plusieurs universités proposant la formation, chaque université constituant un "sous-vœu" ; en 2017, il est devenu possible d'intercaler d'autres vœux entre les sous-vœux d'un même vœu groupé.  

4 - Confirmation des vœux et constitution des dossiers

La date limite est en général fixée à début avril (date limite de confirmation des candidatures et d’envoi éventuel des dossiers papier) : confirmation des candidatures avec vérification des documents électroniques demandés, recensement et impression de la liste définitive des vœux, puis le cas échéant, préparation d’un dossier de candidature « papier » à envoyer aux rares formations qui le demandent. En 2017, les dossiers de candidature étaient dématérialisés pour la quasi-totalité des formations APB. Dans quelques cas, des établissements demandent l'envoi de documents par courrier électronique. La demande d'envoi de pièces par courrier postal est devenue exceptionnelle.

  • Certaines universités ont mis en place un processus d’orientation active. Il peut être utile d'en tenir compte, mais les avis donnés sont parfois automatisés et pas toujours pertinents. Il s'agit dans tous les cas de conseils qui n'influent pas en principe sur l'admission dans la filière.
  • Début mai, s’assurer de la bonne réception des dossiers par les établissements.
5 - Classement des vœux

Il peut s’effectuer jusqu’à fin mai. Il consiste à classer ses vœux dans l’ordre de ses préférences. Passée cette date, la hiérarchie établie est définitive et non modifiable. Tout vœu non classé (même unique !) ne sera pas pris en compte et ne pourra donc pas être satisfait.

A savoir : Dans chaque classe de terminale de LLG, le professeur principal est chargé d’accompagner et de conseiller les élèves dans la constitution de leur liste de vœux. En accord avec l’équipe pédagogique, un avis sera donné à chaque élève sur les vœux et le classement envisagé. Cet avis est à prendre en compte sérieusement ; il est en tout cas incontournable pour envisager une inscription à LLG par exemple, si tel est le souhait (il est en effet rarissime qu’un avis défavorable émis pour une prépa à LLG conduise finalement à une intégration en CPGE à LLG). Un(e) conseiller(e) d’orientation sera présent(e) au lycée à certains moments et les élèves qui le souhaitent peuvent lui demander un rendez-vous.

A noter :

  • Jusqu’à fin mai, il reste toujours possible de modifier l’ordre de ses choix. L’ordre choisi n’est connu que de l’élève. Les établissements demandés n’ont aucune visibilité sur le classement effectué par l’élève. À partir de début juin, les fiches d'avis pédagogiques complétées par le lycée sont consultables sur APB.
  • Pour les licences non sélectives dont les capacités d’accueil sont insuffisantes pour satisfaire toutes les candidatures (pastilles orange), un traitement automatisé critérisé est mis en place, après le 31 mai, pour départager les candidats et déterminer ceux qui bénéficient d’une proposition d’admission. Le rang du vœu dans le classement est un des critères pris en compte : ainsi, une licence « en tension » n’est généralement proposée que si elle est classée dans les premiers vœux du candidat, voire en vœu n°1 pour les licences où cette tension est particulièrement importante comme la PACES et les licences les plus demandées (STAPS, droit et psychologie).
6 - Phase de dialogue « proposition / réponse »

La phase de dialogue comporte 3 tours de propositions/réponses ; en général, le premier tour a lieu début juin et le dernier tour a lieu mi-juillet. À chaque tour, l’élève dispose de 5 jours pour répondre. Il peut accepter, réserver sa réponse ou refuser la proposition qui lui est faite (il y a au maximum 1 proposition par tour). 

ATTENTION : l'élève doit impérativement répondre dans les délais impartis, sinon il est automatiquement "démissionné" et sort définitivement de la procédure.

A chaque tour, l'élève a le choix entre quatre réponses :

  • Répondre « Oui définitif » valide définitivement la proposition de l’établissement comme choix de l’élève et élimine donc définitivement tous les autres vœux.
  • Répondre « Oui mais » permet à l’élève de conserver sa place en attendant une proposition sur un vœu mieux classé (possible uniquement aux 2 premiers tours).
  • Répondre « Non mais » signifie un refus pour la proposition faite mais le maintien de la candidature pour les autres vœux mieux classés dans sa liste (possible uniquement aux 2 premiers tours). Attention, rien ne garantit que l’élève ait une proposition aux tours suivants.
  • Répondre « Démissionner » engendre un renoncement à tous les vœux et une sortie définitive de la procédure APB.

Tant que l'élève n'a pas répondu "Oui définitif" à une proposition, il doit impérativement se reconnecter à chaque tour. Lorsqu’un élève choisit un établissement donné (« Oui définitif »), cela permet de libérer des places pour des élèves en liste d’attente dans les autres établissements où il avait été accepté. Il est aussi possible de renoncer à un ou plusieurs vœux jusqu’à 48h avant chaque tour (la renonciation est alors définitive).

Au dernier tour de proposition, si l’élève n’a pas de proposition, il peut recourir à la procédure complémentaire, ouverte à partir de fin juin et limitée à des formations ayant des places encore vacantes et pour lesquelles il n'a pas déjà postulé. Cette procédure est entièrement électronique. Les délais de réponse aux propositions sont de plus en plus courts (une semaine, puis 48h puis 24h).

  • Internat / externat ? Rappel : une demande d'une CPGE recensée à la fois en externat et en internat ne compte que pour un seul vœu ; dans ce cas, il faut toujours classer le vœu avec internat AVANT. Si l’élève reçoit une proposition en mode « externat », il doit répondre « Oui mais » s’il tient absolument à conserver ce vœu, tout en espérant obtenir l’internat au tour suivant.
  • Recherche de logement : la recherche d’un logement étudiant doit débuter dès le mois de janvier, en particulier dans les foyers dont les réservations commencent dès le début de l’année.
  • A noter : la constitution du Dossier social étudiant (DSE) doit être effectuée sur internet, généralement entre le 15 janvier et le 31 mai. Il est conseillé de ne pas attendre les derniers jours (forte affluence sur les sites internet). À partir du mois de juillet, l’étudiant candidat à une bourse ou à d’autres aides est informé de la suite donnée à sa demande. Pour plus d’informations : le site du CNOUS.
7 - L'inscription administrative

Elle s’effectue dans l’établissement d’accueil généralement au mois de juillet, sur présentation des relevés de notes et de décision du baccalauréat. Les modalités et les dates précises sont toutefois variables selon l'établissement obtenu. Il convient de suivre les instructions données sur APB pour procéder à l'inscription. 

Cas particulier de la filière PACES : ​en Île-de-France, si l'obtention du vœu PACES est connue lors des phases de propositions/réponses, l'université d'affectation n'est connue qu'après les résultats du baccalauréat, généralement vers le 20 juillet. 

C - Les petits conseils des anciens de LLG

1 - Se repérer dans la jungle des sigles : petit glossaire des classes prépas
  • CPGE : Classes préparatoires aux grandes écoles
  • HK : Hypokhâgne (ou « Lettres sup’ ») 1ère année pour les prépas littéraires (elle mène en 2ème année à K, khâgne)
  • B/L : (S.E.S.) : prépa sciences économiques et sociales, une prépa plutôt "littéraire" pour des bacheliers scientifiques qui souhaitent conserver les « maths »
  • A/L : filière de Khâgne dite de "lettres classiques" ou "Ulm". Elle concerne les littéraires qui conservent au moins une langue ancienne (obligatoire).
  • LSH (Lettres et Sciences Humaines) : filière de khâgne dite de "lettres modernes" ou "Lyon".
  • ECS : Classes économiques et commerciales, voie scientifique (ECE = voie économique)
  • MPSI : Maths-Physique-Sciences de l’Ingénieur. Elle conduit en 2ème année à MP ou PSI
  • PCSI : Physique-Chimie-Sciences de l’Ingénieur. En 2ème année, on opte pour PC ou PSI
  • BCPST : Biologie-Chimie-Physique-Sciences de la Terre
  • PTSI : Physique, Technologie et Sciences de l’Ingénieur
  • TSI : Technologie et Sciences Industrielles
2 - Choisir sa voie

Choisir sa voie pour l'élève, c’est d’abord suivre ses propres inclinations et dispositions, en connaissant ses points forts et ses faiblesses. L’année de terminale permet de mûrir les projets. Le regard des enseignants et l’avis du conseil de classe sont souvent précieux. C’est aussi en partie affaire de stratégie (quel parcours offrira le plus de chances d’atteindre telle formation professionnelle précise, quelle voie optimisera les chances d’intégrer telle école…). Élèves et parents auront à se familiariser avec toutes les nuances des classes prépas : HK, A/L ou B/L ? Khâgne classique ou moderne ? Prépa scientifique MPSI ou PCSI ? PTSI ? BCPST ?

Le nombre de vœux possibles offre une grande liberté. Un élève peut demander à la fois une hypokhâgne (A/L ou B/L), une maths sup’ (MPSI, PCSI ou PTSI), une prépa commerciale (ECS ou ECE), une prépa bio, une L1, une PACES… La difficulté est d’ordonner ces voies entre elles. Panacher ses vœux ne présente pas de risque à condition d’avoir suivi l’ordre réel de ses préférences, d’avoir estimé ses capacités au plus juste et d’être prêt à entrer partout où l’on a postulé. On ne risque rien à mettre un établissement « difficile » en premier (sauf à y être accepté…), mais on augmente aussi ses chances en postulant dans des établissements moins demandés en les plaçant plus bas dans sa liste de vœux.

Piqûre de rappel : obtenir l'un de ses vœux (le  1er vœu par exemple) enlève toute possibilité de choisir un des suivants.

Attention au choix d’une prépa par défaut ou par pur calcul…

Une prépa demande beaucoup de travail et un investissement personnel fort. On n’y réussit pas à contrecœur. Quels que soient la voie ou le lycée, l’élève ne devrait demander que des classes où il aura envie de travailler. Inutile, en particulier, qu’il cherche à remplir toute sa liste à tout prix.

3 - Choisir l'établissement en prépa

C’est ici que l’expérience des adultes doit être en alerte ! Elle aura à tempérer le « prestige » de certains établissements en tenant compte, avant tout de :

La proximité : Le temps de présence obligatoire au lycée est important (30 à 35 h), les colles (séances d’interrogation orale en condition de concours) sont souvent casées après les heures de cours et il reste beaucoup à faire une fois rentré chez soi. On estime à 15h en semaine + 10h le week-end le travail personnel hors heures de cours. À moins d’être boursiers (ou très jeunes), les habitants de Paris ou de sa banlieue ne décrochent qu’exceptionnellement une place d’internat car les étudiants de province sont très nombreux. Paris concentre le quart des prépas littéraires et la moitié des classes « étoilées » (préparation aux « très grandes écoles ») de France. La « chambre en ville » ou le foyer ne conviennent pas à tous.

Les parcours possibles : Afin d’éviter d’avoir à changer d’établissement entre la première et la deuxième année, il est nécessaire de se renseigner dès le départ sur les classes de 2ème année :

  • Pour les littéraires, s’intéresser aux options et aux Khâgnes proposées (classique ou moderne),
  • Pour les scientifiques, vérifier si tous les parcours sont possibles. Y a-t-il des classes étoilées (souvent indispensables quand l’élève ambitionne des écoles telles que l’ENS, X, Centrale Paris, etc.) et des classes non étoilées (l’admission en classes étoilées/non étoilées dépend des résultats en 1ère année) ?

La « force » de la classe demandée : Les enseignants de LLG donnent volontiers leur avis sur ce sujet ! Les portes ouvertes sont une bonne occasion de tester la réaction des professeurs de la prépa convoitée et d’en interroger les élèves. La configuration idéale est de viser une classe dans laquelle l’élève sera dans le premier tiers.

4 - Le dossier de candidature

L'admission dans les filières sélectives (CPGE, INSA, double licence, DUT, BTS...) repose essentiellement sur l'examen du dossier de candidature de l'élève par l'établissement demandé. 

Qu'y a-t-il dans le dossier ?

Les trois bulletins de la classe de première, ceux des 2 premiers trimestres de terminale, les notes des épreuves anticipées du bac, notamment celles de français (quelle que soit la prépa, les profils les plus équilibrés sont les plus recherchés) ainsi qu'une fiche pédagogique. Cette fiche, sorte de "mini-bulletin", comprend, pour chaque matière, la note (moyenne calculée sur les deux premiers trimestres de terminale), le rang et les appréciations sur la capacité de l’élève à suivre la classe demandée dans l’établissement demandé ; elle est rédigée par les professeurs de terminale et l'élève ne la voit pas avant début juin. Selon la voie demandée, les résultats et appréciations de certaines matières sont plus particulièrement examinées :   

  • pour une entrée en MPSI, PCSI : maths, physique, philo, LV1 (+ éventuellement SI) ;
  • pour une entrée en BCPST (bio) : idem + SVT ;
  • pour une entrée en HK : philo, histoire, LV1, LV2, latin et/ou grec, français ;
  • pour une entrée en ECS : maths, philo, histoire, LV1, LV2 ;

Cette fiche pédagogique comprend également un tableau récapitulatif, complété par le proviseur, avec le niveau de la classe (Très bon, Bon, Assez bon, Moyen, Faible), assorti d’une appréciation générale sur la candidature de l’élève pour le vœu demandé et un avis codifié (Très favorable, Favorable, Réservé, Défavorable).

  • A LLG, les 3 bulletins de première et les 2 bulletins de terminale sont introduits dans APB par le lycée. Il convient de bien vérifier qu'il n'y a pas d'erreur de reports de notes ou d'appréciations

Après le conseil de classe du 2nd trimestre, l’élève constitue autant de dossiers (numériques, ou « papier » dans de rares cas) que de vœux exprimés. Jusqu’à la fin mai, l'élève ne sait rien des appréciations le concernant écrites dans les fiches pédagogiques ; lors de l'examen des dossiers, les établissements ne savent pas combien de demandes l’élève a formulées, ni lesquelles, ni a fortiori l’ordre dans lequel il les a classées.

Comment le dossier sera-t-il traité ? Chacun à leur manière, les lycées classent les dossiers reçus, la plupart en évaluant :

  • la « force » du lycée d’origine (coefficient attribué aux plus connus) ;
  • les notes suivant les profils recherchés (ex : coefficient plus fort pour les notes de maths que de physique pour une MPSI et inversement pour une PCSI),
  • le rang de l’élève dans sa classe, surtout dans les matières qui comptent.

Qui examine les dossiers en CPGE ? les enseignants de 1ère ou 2ème année de prépa, en avril-mai.

Quel classement ? Toutes les demandes ne sont pas classées (environ 60% au niveau national). LLG reçoit en moyenne, selon la filière, 8 à 20 demandes pour chaque place offerte, et en classe entre un cinquième et un peu plus de la moitié.

5 - Les licences non sélectives à capacité d'accueil limitée (pastilles oranges)

Les licences non sélectives à capacité d'accueil limitée sont repérées sur APB par des pastilles oranges. Ces licences offrent habituellement moins de places qu'il n'y a de candidats, de sorte que l'admission dans ces filières n'est pas garantie. S'agissant de filières non sélectives, le dossier scolaire de l'élève ne constitue pas un critère d'admission ou de choix entre deux candidats, au contraire des filières sélectives comme les CPGE ou les doubles licences par exemple. Autrement dit, pour ces licences à pastille orange, un élève ayant de bons résultats scolaires ne sera pas prioritaire par rapport à un élève ayant de moins bons résultats. D'autres règles de priorité sont appliquées, de manière automatique par le logiciel d'affectation d'APB (après fin mai, date de clôture du classement des vœux), telles que l'académie d'origine du candidat (vis-à-vis de celle de l'université demandée), le fait qu'il soit ou non "néo-entrant" (c'est à dire "jamais entré dans l'enseignement supérieur") mais également le rang du vœu de licence dans la liste ordonnée des vœux APB de l'élève. Ainsi, pour deux élèves "néo-entrants" de la même académie, l'élève qui aura placé ce vœu de licence plus haut dans sa liste sera prioritaire. En cas de stricte égalité entre deux candidats (au titre des critères pré-définis), un tirage au sort pourra être effectué pour les départager. Les mêmes règles de priorité ne s'appliquent pas nécessairement à toutes les catégories de licences à pastille orange (académie en particulier), et elles peuvent évoluer d'une année sur l'autre. Il convient donc de bien se renseigner et d'en tenir compte, le cas échéant, dans la hiérarchisation de ses vœux.

Cas de la PACES en Île-de-France : en 2016 et 2017, c'est une filière sous tension à pastille orange dont l'accès n'est pas garanti. Il est donc fortement conseillé de placer PACES en vœu 1 pour conserver toutes ses chances de l'obtenir. Le risque d'un refus pour cette filière est toutefois à relativiser : en 2016, la quasi-totalité des demandes de PACES ont été satisfaites en Île-de-France, grâce notamment à l'extension du vœu aux 7 universités médicales de la région. En fonction de l'évolution du nombre de places ouvertes et du nombre des demandes, la situation peut néanmoins changer dans les années à venir ; et la tendance actuelle est à l'augmentation des demandes. 

Règle des 6 vœux : ​lorsque l'on place un vœu de licence à pastille orange dans sa liste, il est obligatoire d'y introduire au moins 5 autres vœux de licences à pastilles (verte, bleue ou orange).  Les sous-vœux d'un vœu groupé sont comptabilisés.