Les prépas littéraires à LLG

Pour une information plus détaillée sur les différentes prépas littéraires et leurs débouchés, à et hors LLG, consultez également ce lien

Particularité des classes préparatoires littéraires : leur plus grande "volatilité" en fin de 1ère année. A LLG cependant, les élèves ne se retrouvent pas dans ces classes par hasard ou par défaut​, la plupart nous disent que c'est un véritable choix assumé. Par ailleurs, les passerelles et débouchés professionnels se sont considérablement élargis pour cette filière : depuis la mise en place de la Banque d'Epreuves Littéraires (B.E.L.), ces classes attirent de plus en plus d'étudiants chaque année.

Un préalable pour réussir : avoir vraiment envie de suivre des études littéraires pluridisciplinaires avec un niveau d'exigence élevé.

1 - Première année : l’hypokhâgne

  • En 1ère année : 2 classes de Lettres Supérieures ou Hypokhâgne (HK) menant de manière indifférenciée en khâgne A/L ULM ou en khâgne A/L LSH-Lyon), mais pas en filière B/L.
  • L' hypokhâgne n'est pas "déterminante" : elle prépare aussi bien à des khâgnes Ulm qu’à des khâgnes Lyon (Lettres et Sciences Humaines, dites « LSH »). Si un étudiant a pour projet de suivre une khâgne LSH, il devra changer de lycée.

La filière HK - K ouvre la voie aux ENS et aux autres concours de la BEL.

Les options en hypokhâgne

Pour le concours de l’ENS ULM, il est obligatoire d’étudier au moins une langue ancienne ; les élèves peuvent commencer cet enseignement en 1ère année. Si en plus l’étudiant veut se spécialiser en « lettres classiques », il devra étudier les 2 langues anciennes !

D’où les 3 cas de figure pour les langues : latin + grec + une langue vivante OU latin + 2 langues vivantes OU grec + 2 langues vivantes. Ce choix s'effectue généralement après les vacances de la Toussaint ; parfois quelques étudiants veulent garder les 4 langues ; si cette possibilité est ouverte, il faut bien savoir que ce choix implique un surcroit de cours et de travail personnel alourdissant considérablement la charge de travail.

Rythme et charge de travail

La première année, les étudiants goûtent le plaisir des découvertes, de nouveaux apprentissages, de la solidarité, mais aussi une autre façon de travailler, et certains abandonneront la prépa. La seconde année est plus particulièrement centrée sur les concours. Les deux années n’en constituent pas moins une préparation intensive aux concours d’entrée à l’ENS. Elles sont jalonnées par les concours blancs , les colles (interrogations orales, en moyenne une par trimestre), les DM (devoirs maison) et les DS (devoirs surveillés) dans toutes les disciplines.

Au programme
  • Tronc commun : français (5 h), histoire (5 h), philosophie (4 h), géographie (2 h), langues & culture de l’Antiquité (1 h), LV A et/ou LV B (4 h), latin et/ou grec (4h)
  • Enseignement complémentaire (au choix de l’étudiant) : géographie.

2 concours "blancs" sont organisés dans l'année. ​Particularité de ces classes : tous les enseignements ont le même coefficient lors des concours de l'ENS ULM.

  • À Louis-le-Grand, un concours blanc en HK c’est par exemple​ :

Jour 1 : histoire, 6 h. J 2 : géographie, 6 h. J 3 : philosophie, 6 h. J 4 : français, 6 h. J 5 : LV A, 6 h. J 6 : Latin, 5 h. J 7 : Version grecque, 4 h. J 8 : LV B, 6 h.

Après la 1ère année

Le conseil de classe décide du passage en 2ème année, classique ou moderne selon le choix de l'étudiant et l'avis des professeurs ; la 1ère année ne se redouble pas, sauf cas exceptionnel (raison de santé par exemple). De nombreux étudiants quittent le lycée à l'issue de cette 1ère année, par choix ou parfois parce qu'ils ne sont pas admis à poursuivre leur 2ème année à LLG ; dans ce cas il est possible de :

  • Poursuivre une khâgne dans un lycée mieux adapté à son rythme de travail et à ses envies . À LLG, cette démarche est généralement encadrée par le lycée : choix du lycée d’accueil, lettres d’accompagnement des enseignants.
  • S'inscrire à l'université et faire valider son année de prépa (L1). L'université tiendra compte des résultats de prépa : le conseil de classe délivre à la fin de l’année une attestation de 60 ECTS qui doit être validée par l’université. Pour les étudiants de LLG, il existe des accords avec plusieurs universités en région parisienne (Paris Sorbonne I et IV, Paris X Nanterre, Paris VII Diderot...). Il est également possible d'intégrer une autre université (de province notamment).
  • Intégrer aussi des IEP de province, en 1ère année, ou en passant un examen pour aller en 2ème année (voir les modalités sur les sites de ces écoles).

2 - Deuxième année : la khâgne (préparation ENS ULM)

En 2ème année : 2 classes de Première Supérieure (Khâgne ou K A/L « classique » préparant au concours de l’ENS-Ulm).

Les spécialités

Diverses spécialités sont possibles en Khâgne: philosophie, histoire, géographie, lettres classiques, lettres modernes, langue vivante.

Rythme et charge de travail

En Khâgne l' année est courte, et les enseignements concentrés sur le programme imposé par l'ENS Ulm (variable chaque année).
Le rythme de travail s'intensifie, avec un 3ème concours blanc "tour de chauffe" dès la rentrée scolaire. Cette 2ème année est également jalonnée par les DS, DM, colles et concours blancs mais avec une concentration plus intense : l'approche des concours ajoute une pression certaine ; cependant les étudiants doivent se ménager des moments de détente !

Au programme
  • Ulm A/L : philosophie (4 ou 6 h si spécialité), français (5 h), histoire contemporaine (4 h), géographie (4h si spé), langue ancienne (4 h), langue vivante (3 ou 5 h). Plus des compléments de cours selon options et spécialités.
  • Un concours blanc en en Khâgne. Jour 1 : histoire contemporaine, 6 h. J 2 : philosophie, 6 h. J 3 : français, 6 h. J 4 : version/commentaire latin ou grec, 4 h ou 6 h. J 5 : LV, 6 h. J 6 : entre 4 et 6 h de spécialité (géographie, version latine ou langue vivante, commentaire de texte philosophique, français ou de littérature étrangère).

NB : l’ordre et l’enchaînement des épreuves sont variables selon les années et les professeurs ; en khâgne, ils seront  souvent « calqués » sur ceux du concours ENS.

Bon à noter...

Avec une option complémentaire (à suivre parallèlement au lycée Henri IV), il est possible de présenter l’École des Chartes par le concours B (époques moderne et contemporaine, deux langues, première langue anglais ou allemand exclusivement).

Par ailleurs, de plus en plus de nos étudiants (surtout cubes) passent aussi le concours ENS Lyon : 2 épreuves spécifiques en plus- dont la géographie avec un programme différent (des heures de cours sont généralement prévues en plus à LLG à cet effet).

3° - ​Quels concours à l'issue des prépas littéraires?

Sites d’inscription aux concours des ENS et des grandes écoles de la BEL : www.concours-bel.fr.

Chaque année, des élèves de khâgne accèdent également à ces grandes écoles de commerce, en passant les concours via la « voie littéraire ».

Les débouchés littéraires : un choix élargi avec la B.E.L. 

​Les prépas littéraires offrent moins de places à l’issue des concours que les autres filières de CPGE. Depuis l’année 2011, pour renforcer l'attractivité des classes préparatoires littéraires et leur offrir plus de débouchés, la Banque d’Épreuves Littéraires s'élargit à davantage d’établissements (écoles de commerce et de management, IEP de province, écoles de journalisme, de communication, de management et de traduction) permettant ainsi aux étudiants de passer de manière unique tout ou partie de leurs épreuves écrites (attention : le nombre d’épreuves communes ainsi que les coefficients appliqués varient selon les écoles : bien s’informer avant de faire ses choix).

  • Les ENS (Écoles Normales Supérieures Ulm, Lyon et Cachan) sont le débouché prestigieux des prépas littéraires. Leurs concours, gratuits, peuvent être passés 3 fois au plus.
  • L’École des Chartes (par le concours B) forme les responsables de la conservation du patrimoine (archivistes, bibliothécaires, etc.) et prépare à l’enseignement et à la recherche.
  • Les écoles de commerce : groupe BCE (25 écoles dont Audencia, Edhec, Emlyon, Escp-Europe, Essec, Hec) et groupe ECRICOME (Néoma et Kedge)

Depuis quelques années déjà, près d’un cinquième des candidats aux concours des écoles de commerce s’y présentent via l’option Littéraire (ouverte aux K A/L et K B/L). Cette voie suit de très près le programme des khâgnes et n’exige pas trop de travail spécifique. Si l’objectif poursuivi est d’intégrer une école de commerce, l’existence d’une classe préparatoire ECS à Louis-le-Grand est un avantage : les élèves de khâgne se font souvent aider par les professeurs de prépa ECS. Les épreuves orales sont généralement les mêmes pour tous les admissibles (ECS et littéraires), dans les disciplines communes.

Certains Instituts d’Études Politiques (IEP) de province recrutent aussi sur dossier et épreuves écrites. Les "cubes" peuvent passer le concours pour le master de Sciences-Po Paris.

Les admis aux concours hors ENS (ex BCE ou Sciences Po) )peuvent parfois demander un report d’intégration pour faire une autre année de khâgne et tenter à nouveau, plus sereinement, le concours des ENS).

Pour plus d'information sur ces écoles et débouchés, vous pouvez également consulter cette description plus détaillée.

Pour des informations pratiques sur les concours de l'année (modalités, statistiques, etc.) veuillez consulter  "Concours Grandes Écoles".

De beaux résultats

Les classes littéraires de LLG obtiennent de très bons résultats aux concours des ENS, des grandes écoles de la BEL, ainsi que dans des filières sélectives universitaires.

« Cubes ou Khûbes » et « bicarrés »

A la différence des autres filières de CPGE et en raison du nombre plus limité de places aux ENS, il est possible - exceptionnellement - de tripler l’année de khâgne (2ème année). On est « cube » si on redouble, « bicarré » si on triple.

  • Cuber sa khâgne ouvre la possibilité de se présenter aux épreuves écrites d’entrée en Master Sciences Po, ou d’être admis en master 1 à l’université.