L’internat de A à Z

Il convient tout d'abord de préciser que l''internat du lycée Louis-le-Grand n'est pas accessible aux élèves des classes du secondaire.

vue lycée louis-le-grand

Nichées au dernier étage du lycée, 337 chambres permettent de loger un bon tiers des effectifs des classes préparatoires à Louis-le-Grand. Pour un forfait annuel d’environ 2600€ (861,30€ par trimestre en 2016), payable par trimestre, la formule est financièrement imbattable et, sans surprise, la demande excède largement l’offre. L’affectation des places, arrêtée en dernier ressort par le proviseur, obéit à trois critères principaux : la situation financière et familiale de l’étudiant, l’éloignement géographique de son domicile, son rang de classement. Le jeune âge du candidat compte également. Les élèves boursiers, retenus en CPGE à Louis-le-Grand, éloignés géographiquement ou ayant des temps de transports incompatibles avec leur scolarité, sont prioritaires au sein de l’internat. En cas de problème, nous pouvons vous conseiller et vous aider ! Pour ceux ou celles qui ne sont pas admis à l’internat, l’administration et les associations de parents d’élèves se mobilisent pour proposer des adresses de logement aux familles, à proximité du lycée. Les externes ont la possibilité de prendre tous leurs repas sur place y compris le petit-déjeuner (statut « d’interne-externé ») pour un tarif annuel d’environ 2000€ (649,80€ par trimestre en 2016). Internes ou externes : aucune différence de résultats aux concours…

Heureux bénéficiaires et nouveaux entrants, ce petit abécédaire en guise de guide…

Autodiscipline

À « LLG», cette tradition est jalousement conservée : les internes vivent en autodiscipline quasi-totale et circulent librement à toute heure du jour et de la nuit : « On nous fait entièrement confiance et c’est vraiment bien. Ici, tout le monde se respecte et comprend les règles de vie commune ». Les surveillants (maîtres d’internat et maîtres au pair) veillent au respect du silence après 22 heures dans les couloirs et les chambres, sans avoir guère à intervenir.

Bof… mais bien mieux !

Habituel « point noir » de l’internat, la cantine ne suscite plus autant de critiques depuis ces dernières années… un peu grâce à l’action des parents qui ont pris à bras-le-corps ce dossier. Les repas manquent parfois de diversité, mais la qualité a gagné un petit bout de terrain. « La semaine, il faut prévoir des trucs à manger, parce que bon, la cantine… En toute objectivité, si vous n’êtes pas délicats, vous pourrez manger à peu près correctement, disons, cinq fois sur sept. Mais quand vous en aurez assez de la paella, du couscous franchouillard, des œufs durs épinards, vous apprécierez votre saucisson sec et vos BN ». Parfois le restaurant universitaire voisin est une alternative appréciée ! « Encore faut-il avoir le temps d’y aller… pas toujours possible en semaine, mais à tenter le week-end, pour une somme modique » explique un élève.

Demeure toutefois le problème de la régulation des flux pour accéder à la cantine, et on voit certain(s) jours(s) des élèves abandonner l’idée de s’y rendre, juste pour éviter la longue queue ...

Alors, heureux de rentrer au bercail ? « Oh, oui ! Surtout pour bien manger ! ». Nous voilà contents et rassurés… Heureusement qu’il reste le p’tit-déj’ !

Calendrier

L’internat est ouvert (presque) 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Les portes se referment pour les vacances scolaires, hormis pendant les périodes de concours (jusqu’au 5 juillet). Le service de restauration est assuré du lundi matin (petit-déjeuner) au samedi midi. Le sas vitré de la loge est activé à partir de 21 heures par le veilleur de nuit. La nuit et les week-ends, un personnel d’astreinte (personnels administratifs, maîtres d’internat, infirmière) est prévu.

Douches

Elles sont communes et au nombre de 6 par bloc de 35 à 40 chambres, soit environ 6 utilisateurs par douche. Les sanitaires font l’objet d’un nettoyage quotidien très apprécié par les internes. Le lycée a parfois été obligé de fermer provisoirement quelques douches en raison de problèmes détectés dans le réseau d’eau chaude : des travaux sont actuellement engagés par la région, qui profite des vacances scolaires pour faire remplacer les installations vétustes et  les mettre aux normes d'hygiène requises.

Entraide

… ou encore « solidarité », valeur emblématique, précieuse entre toutes, surtout pour les internes qui ne peuvent attendre de soutien immédiat et chaleureux que de leurs voisins. À les entendre, ils apprennent vite à se connaître, par affinité de « couloir »… L’administration et le personnel du lycée ne sont pas en reste. « Avec les internes, nous fonctionnons un peu comme une grande famille », témoigne Mme l’intendante. « Nous veillons sur eux et, quand ils rencontrent un problème, quel qu’il soit, ils n’hésitent jamais à nous en parler ». « Pour ce qui est de se faire des potes, ça va plus vite en internat. On connaît rapidement tout son couloir, on n’est jamais seul et on trouve toujours quelqu’un pour discuter ou qui a la solution à notre problème », témoigne un élève.

Formidable (expérience)

… le souvenir que gardent les élèves de leurs années d’internat. Pour beaucoup, cette première aventure, loin du cocon familial, offre un apprentissage des droits et des devoirs de la vie en communauté… « Bien sûr, la présence de nos parents ou de nos frères et sœurs peut nous manquer, mais c’est tellement grisant, surtout au début, d’avoir à se débrouiller tout seul », témoigne cet élève qui ne rentre qu’aux grandes vacances et essaie, sur la prière maternelle, « d’appeler au moins une fois tous les 15 jours ».

Gain (de temps pour travailler)

C’est un des principaux avantages de l’internat : ni perte de temps dans les transports, ni problèmes d’intendance… Pour faire quoi ? : « Euh… Travailler ! ». Pas de folles tentations ou distractions non plus dans cet internat ultra-studieux. On ne peut donc vraiment qu’y travailler « Nous n’avons à nous préoccuper de rien d’autre que de notre travail. C’est plutôt pas mal, non ? ». À tel point qu’ils sont très nombreux à confesser ne pas vraiment profiter du si beau Quartier latin durant ces années de prépa !

Horaires (du CDI et de la bibliothèque)

Le CDI ouvre de 9h30 à 19h pour tous les niveaux, et la bibliothèque générale ouvre de 13h à 19h pour les prépas. Ouvrir plus tôt serait apprécié : « Quand le personnel de service fait le ménage dans nos chambres, on aimerait pouvoir y travailler ». Mais aussi : « Quelquefois, la bibliothèque ferme plus tôt que l’horaire indiqué, sans doute pour des problèmes de personnel. ».

Individuelles (chambres)

Certes, elles sont exiguës mais « individuelles » ! Une intimité très appréciée par les intéressés. Quelques rares chambres dites « pompiers », à défaut de présenter le même isolement, ont la sociabilité en partage : entre deux chambres, le mur de séparation est en partie absent côté fenêtre afin de ménager l’accès aux pompiers, et il est remplacé par un rideau. Une chambre « pompier » n’est jamais attribuée deux années de suite aux mêmes étudiants.

Jour

Petit-déjeuner à partir de 7 h 30, dîner dès 18 h 30 (c’est la ruée !), fin du service à 19 h 30. Le samedi, fin du service de cantine à 12 h 30. Ménage des chambres en matinée.

Kdo

Chocolats, fleurs, petits mots… Ils sont le témoignage de la gratitude des internes envers le personnel qui entretient avec ces très grands adolescents des relations quotidiennes, bienveillantes et bien souvent rassurantes.

Lits

Les internes doivent fournir draps, couette et oreiller(s) ; cela peut aider à se sentir « chez soi ».

Logistique

L’établissement fait tout pour rendre la vie la plus agréable possible aux internes. Le ménage est assuré au quotidien dans les W-C et les sanitaires ; les chambres sont nettoyées deux à trois fois par semaine, un service de lingerie est assuré avec lavage des draps toutes les trois semaines. Des lave-linge et sèche-linge sont mis à la disposition des internes en libre-service : ne pas oublier d’apporter sa lessive ! Les internes soulignent également la réactivité de l’établissement en cas d’incident signalé (problème d’électricité, de serrure…).

Mixité

Un bloc filles, un bloc garçons, sauf un bloc dont la séparation des genres n’est tangible que par son couloir et où, de l’avis unanime, « tout se passe très bien ».

Nuit

Le silence absolu est de rigueur à partir de 22/23 heures. Les élèves doivent rester « seuls » dans leur chambre : fin des discussions entre élèves, fin des douches…

Office

Il y a une sorte de mini-cuisine équipée d’un frigo, de deux plaques chauffantes et d’un four à micro-ondes par « couloir ». Bref, pas de quoi jouer les cordons bleus ou les cuistots pour famille nombreuse, d’autant que trop de fumée déclenche l’alarme incendie. Ce type d’incident se produit en moyenne dix fois par an. « Nos élèves aiment bien se préparer eux-mêmes à manger durant le week-end. Mais ils doivent mieux veiller à la sécurité ainsi qu’à l’hygiène des réfrigérateurs et du mobilier », explique Mme l’intendante. L’office est fermé entre 22h et 7h du matin.

Petit-déjeuner

Le repas préféré des internes ! Il a tout pour plaire : bon, copieux, varié et plein de fruits frais. De quoi bien démarrer la journée !

Quiès (boules)

Un équipement fortement conseillé, même si les élèves sont très civilisés. Les cloisons ressemblent, selon les élèves, à « du papier à cigarettes ». Donc insonorisation à parfaire.

Règlement

L’internat possède son propre règlement intérieur, document qui décrit le matériel fourni, le fonctionnement de la laverie, l’interdiction de certains appareils électriques… Son application est parfois sujette, selon les internes, à une libre interprétation. Une certitude : interdit de fumer (et de consommer de l’alcool) dans le lycée et ses chambrettes !

Des maîtres d’internat ou maîtres au pair sont chargés d’encadrer les internes et de veiller au respect du règlement. Symbole d’autorité, le vouvoiement n’empêche pas une certaine complicité entre les deux parties, qui plus est lorsque certains de ces responsables sont eux-mêmes d’anciens élèves du lycée Louis-le-Grand.

Sociabilité

A LLG, elle s’épanouit sans entrave. Néanmoins, il arrive parfois qu’un élève semble seul ou isolé. Signe, peut-être, d’une souffrance, d’une difficulté passagère ou durable, ce type de comportement passe rarement inaperçu. Signalé, il fait l’objet de toute l’attention des personnels administratifs, mais aussi de l’encadrement pédagogique et sanitaire : proviseurs, conseillers pédagogiques d’éducation (CPE), maîtres d’internat, infirmières… Les parents en sont évidemment très vite informés.

Taille (des chambres)

Ou l’art de se mettre en «T » pour mesurer sa chambre : «Tu te mets au milieu de la chambre, tu étends les bras et tes mains touchent les deux murs. ». De fait, les chambres mesurent 2 mètres de large, 3 de long et 4 en hauteur (l’idéal pour bien grandir…). Lit en mezzanine (avec juste un traversin en guise d’oreiller), bureau au-dessous qui en fait toute la longueur, lavabo, penderie (pas de cintres fournis), 3 étagères pour les précieux livres, 3 prises électriques, prise internet, lampe de bureau murale : « C’est petit, moins de 6 m², mais super bien agencé ; on respire grâce au volume sous plafond. ». « Imaginez très petit puis divisez encore par trois. En revanche, le tout est assez fonctionnel. ». « Ça n’a pas l’air grand mais c’est exactement ce qu’il faut pour bien passer l’année. De toutes les façons, on est là pour travailler ! »

 Alors, rassérénés !?

Urgence

Depuis de longues années, il n’y a jamais eu de situation d’urgence ou de grave danger. Néanmoins – et par exemple, si le chauffage tombait en panne en plein hiver –, il faudrait bien trouver à héberger ailleurs ces valeureux internes. D’où l’obligation absolue d’avoir un « correspondant » résidant à Paris ou en proche banlieue. Un élève peut également se voir exclu temporairement (si, si, cela arrive…) et, dans ces cas-là, « Il faut bien que le correspondant prenne le relais », explique la proviseure-adjointe responsable des CPGE. « Nous sommes incorruptibles sur ce sujet et il faut que le correspondant soit vraiment en capacité d’héberger l’élève, ce qui, dans les faits, ne se révèle pas toujours le cas… ».

Vaisselle

Pas de vaisselle, ni d’ustensiles fournis dans les mini-cuisines de l’internat : si l’on veut se faire un thé ou cuire des pâtes un dimanche soir, prévoir un minimum de vaisselle ! Les plus malins « l’empruntent » à la cantine…

Wi-Fi et accès Internet

Depuis 2 ans, c’est le point noir dans la vie à l’internat ; dur dur de se connecter : accès difficile, lenteur, et coupures prolongées posent un réel problème aux pensionnaires dans leur travail et dans leur vie au quotidien (échanges avec les professeurs, la famille et les amis, utilisation d’outils et de documentation en ligne en rapport direct avec leur formation, etc.). La FCPE est intervenue à plusieurs reprises pour demander à la direction du lycée d'apporter des solutions pérennes ; Il y a une avancée puisqu’un audit du réseau informatique (filaire et wifi) a été effectué ; dans la foulée la région a effectué une partie du câblage au niveau de l'internat, la fin de l'installation étant théoriquement prévue pour la fin de cettte année ; nous suivons ce dossier avec la plus grande attention !

Zen

Chouchoutés comme ils le sont, les internes à LLG semblent particulièrement détendus. Autant, en tout cas, que peuvent l’être des préparationnaires aux grandes écoles.