Le baccalauréat 2022

Les années de première et de terminale constituent le « cycle terminal » des études du secondaire. Le baccalauréat s’appuie sur les résultats obtenus lors de ces deux années, sous forme d’un contrôle continu, et d’épreuves passées en fin de première et au cours de l’année de terminale.  

Depuis la session 2021, les modalités du bac général et technologique ont profondément changé, faisant suite à la réforme du lycée et notamment la suppression des séries (S, ES, L) en voie générale. De nouveaux ajustements ont également été introduits pour la session 2022 et les suivantes, avec la suppression définitive des épreuves communes (E3C) sur lesquelles le contrôle continu du nouveau bac devait initialement s’appuyer en majorité, et une modification de la prise en compte des enseignements optionnels.

A partir de la session 2022, pour le bac général comme pour le bac technologique :

  • Le contrôle continu sera uniquement évalué à partir des notes de première et de terminale, avec des coefficients propres à chaque matière ; il comptera pour 40% de la note finale du bac (hors options).
  • Les 2 épreuves anticipées de première (français) et les 4 épreuves finales passées en terminale, compteront au total pour 60% de la note finale du bac (hors options) ; les épreuves passées lors de l’année de terminale sont les 2 épreuves de spécialités, l’épreuve de philosophie et le "Grand Oral", nouveauté de la réforme du bac 2021.
  • Les enseignements optionnels compteront comme des matières à part entière, évaluées en contrôle continu, avec des coefficients venant s'ajouter au total de 100 des enseignements obligatoires.
 Sommaire de la page

1 - Présentation générale du bac

Chaque note prise en compte, au titre des enseignements obligatoires, est affecté d'un coefficient. La somme de ces coefficients est de 100 :

  • le contrôle continu (première et terminale) compte pour un total de 40,
  • les épreuves terminales (2 en première et 4 en terminale) comptent pour un total de 60.

Ainsi la note finale du baccalauréat (hors enseignement optionnel) est constituée à 40% par le contrôle continu, et à 60% par des épreuves finales du cycle terminal, similaires à celles de l'ancien bac mais en nombre réduit (6 au total).

A ces évaluations portant sur les enseignements obligatoires peuvent s’ajouter des évaluations portant sur des enseignements optionnels suivis pendant les années de première et/ou de terminale. Les enseignements optionnels sont pris en compte dans le cadre du contrôle continu. La note complète (moyenne annuelle, constituée de la moyenne des trois trimestres) de chaque option est prise en compte avec un coefficient 2, qui vient augmenter le coefficient total de 100 constitué par les seuls enseignements obligatoires jusqu'à un maximum de 114 pour le bac général, et de 108 pour le bac technologique. 

Une règle importante des derniers aménagements du bac est que les matières sont évaluées soit exclusivement en contrôle continu, avec des coefficients spécifiques à chaque matière, soit exclusivement en épreuve finale. La moyenne générale du bulletin n’est plus prise en compte.

Les élèves qui entrent en terminale en septembre 2021 vont bénéficier d’un régime mixte, pour la session du bac 2022. La règle est que les notes obtenues en première sont conservées selon les principes de la réforme initiale. Mais les nouveaux aménagements s’appliquent pour les notes obtenues en terminale, avec des coefficients adaptés.

2 - Contrôle continu

Les notes du contrôle continu comptant pour le baccalauréat, général ou technologique, sont basées sur les moyennes annuelles (moyennes des trois moyennes trimestrielles) de certaines matières, obtenues en première et en terminale, et arrondies au dixième de point supérieur. Les matières concernées sont des enseignements non évalués lors des épreuves terminales ; les notes des enseignements obligatoires sont affectées de coefficients spécifiques, pour un total de 40

De plus, afin de tenter de tenir compte des différences de notations dans les différents lycées, des commissions d'harmonisation sont chargées d'ajuster ces notes de contrôle continu, à la hausse comme à la baisse. 

On détaille ci-après les coefficients des différents enseignements obligatoires pris en compte pour le bac, au titre du contrôle continu. Le cas des enseignements optionnels fait l'objet d'un chapitre spécifique, plus bas sur cette page. 

2-A - Année de première
A partir du bac 2023 :

Les notes des enseignements obligatoires de la classe de première prises en compte au titre du contrôle continu, sont les moyennes annuelles obtenues dans les matières suivantes :

  • L'enseignement de spécialité suivi uniquement en classe de première (Innovation technologique pour la STI2D) : coefficient 8
  • Histoire-géographie : coefficient 3
  • Enseignement moral et civique (EMC) : coefficient 1
  • Langue vivante A : coefficient 3
  • Langue vivante B : coefficient 3
  • Pour la voie générale, l'enseignement scientifique : coefficient 3
  • Pour la voie technologique, les mathématiques : coefficient 3

soit un total de 21 pour les seuls enseignements obligatoires de première, en voie générale comme en voie technologique, pour un total de 40 pour le contrôle continu, hors enseignements optionnels. En voie technologique, la moyenne annuelle des résultats en enseignement technologique en langue vivante (ETLV) est intégrée au calcul de la moyenne annuelle de la langue vivante concernée.

Session du bac 2022 (phase transitoire) :

Pour la session 2022, qui concerne les élèves ayant suivi leur classe de première en 2020-2021, les notes de première seront prises en compte selon la réforme initiale. Ainsi, la moyenne générale du bulletin de première sera prise en compte à hauteur de 5%, et les moyennes annuelles de certaines matières seront affectées de coefficients spécifiques, différents de ceux appliqués à partir du bac 2023.

Pour le bac 2022, les notes des enseignements obligatoires de la classe de première seront prises en compte au titre du contrôle continu de la façon suivante :

  • L'enseignement de spécialité suivi uniquement en classe de première (Innovation technologique pour la STI2D) : coefficient 5
  • Histoire-géographie : coefficient 3.33
  • Langue vivante A : coefficient 3.33
  • Langue vivante B : coefficient 3.33
  • Les notes de bulletins de première (tous enseignements) : coefficient 5
  • Pour la voie générale, l'enseignement scientifique : coefficient 2.5
  • Pour la voie technologique, les mathématiques : coefficient 3.33

soit un total de 22.5 pour la voie générale et de 23.33 pour la voie technologique sur un total de 40 pour le contrôle continu, hors enseignements optionnels. 

2-B - Année de terminale
A PARTIR DU BAC 2023 :

Les notes des enseignements obligatoires de la classe de terminale prises en compte au titre du contrôle continu, sont les moyennes annuelles obtenues dans les matières suivantes :

  • Education Physique et Sportive (EPS) : coefficient 6
  • Histoire-géographie : coefficient 3
  • Enseignement moral et civique (EMC) : coefficient 1
  • Langue vivante A : coefficient 3
  • Langue vivante B : coefficient 3
  • Pour la voie générale, l'enseignement scientifique : coefficient 3
  • Pour la voie technologique, les mathématiques : coefficient 3

soit un total de 19 pour les seuls enseignements obligatoires de terminale, en voie générale comme en voie technologique, pour un total de 40 pour le contrôle continu, hors options. En voie technologique, la moyenne annuelle des résultats en enseignement technologique en langue vivante (ETLV) est intégrée au calcul de la moyenne annuelle de la langue vivante concernée.

SESSION DU BAC 2022 (PHASE TRANSITOIRE) :

Pour la session 2022, les mêmes enseignements obligatoires sont pris en compte, mais avec des coefficients légèrement différents pour 2 d’entre eux :

  • Education Physique et Sportive (EPS) : coefficient 5
  • Histoire-géographie : coefficient 3
  • Enseignement moral et civique (EMC) : coefficient 1
  • Langue vivante A : coefficient 3
  • Langue vivante B : coefficient 3
  • Pour la voie générale, l'enseignement scientifique : coefficient 2.5
  • Pour la voie technologique, les mathématiques : coefficient 1.66

soit un total de 17.5 pour les enseignements obligatoires de terminale en voie générale, et de 16.67 en voie technologique, pour un total de 40 pour le contrôle continu, hors options.

2-C - Harmonisation des notes de contrôle continu

Les moyennes annuelles retenues pour les candidats scolaires au titre des enseignements, obligatoires ou optionnels, évalués en contrôle continu (donc non évalués lors d'épreuves terminales) sont transmises à une commission d'harmonisation.

Cette commission est composée d'inspecteurs d'académie-inspecteurs pédagogiques régionaux et de professeurs, nommés par le recteur d'académie pour chaque session du baccalauréat. Elle se réunit à la fin de chaque année scolaire du cycle terminal, donc en fin de première et en fin de terminale.

Elle peut procéder à l'harmonisation des moyennes annuelles comptant pour le bac, notamment dans le cas constaté de "discordance manifeste" entre la moyenne annuelle obtenue par les élèves d'un même établissement dans un enseignement, et la moyenne annuelle des résultats obtenus par l'ensemble des élèves de l'académie dans ce même enseignement. Des éléments statistiques sur les résultats de l'établissement d'inscription des candidats au cours des dernières sessions du baccalauréat sont également mis à sa disposition pour conduire cette harmonisation.

Cette harmonisation peut être réalisée à la hausse comme à la baisse ; autrement dit, pour chaque enseignement pris en compte au titre du contrôle continu, en première comme en terminale, la note finale retenue pour le bac, peut être inférieure ou supérieure à la moyenne annuelle initialement transmise par l'établissement.​

3 - Épreuves du cycle terminal

Les épreuves du cycle terminal sont des épreuves nationales portant sur des enseignements obligatoires, et comptent au total pour 60% de la note finale du bac (hors options). Elles sont au nombre de six : deux se déroulent en fin d’année de première (coefficient 10), et quatre ont lieu lors de l’année de terminale (coefficient 50).

3-A - Épreuves de l'année de première

Les 2 épreuves anticipées de français font partie des "épreuves du cycle terminal". En voie générale comme en voie technologique, ces épreuves de français compteront pour le nouveau bac avec un coefficient 10 (5 pour l'écrit et 5 pour l'oral). Ces épreuves compteront donc pour 10% de la note finale du baccalauréat (hors options).

Peu modifiées par la réforme, ces épreuves de français se déroulent en fin d’année de première :

  • L'épreuve écrite de 4 h a lieu à la mi-juin (coefficient 5). Elle se déroule généralement au lycée Louis-le-Grand pour les élèves du lycée.
  • L'épreuve orale de 20 mn (coefficient 5), avec une préparation de 30 mn, a lieu lors de la deuxième quinzaine du mois de juin. Elle se déroule dans un lycée parisien qui n'est généralement pas LLG pour les élèves de ce lycée.

Pour s'y préparer, tous les élèves du lycée passent un "bac blanc" écrit, souvent au deuxième trimestre, et oral, en général au retour des vacances de printemps.

Nota Bene : le français du tronc commun n’est évalué qu’au travers de ces deux épreuves, et non en contrôle continu.

3-B - Épreuves de l'année de terminale

Les élèves de terminale passent 4 épreuves nationales :

  • En mars, deux épreuves portant sur les enseignements de spécialité suivis en terminale, dotées chacune d’un coefficient 16, soit 32 au total, en voie générale comme en voie technologique.
  • Mi-juin, l’épreuve écrite de philosophie, d’une durée de 4 h, dotée d’un coefficient 8 pour le bac général et 4 pour le bac technologique.
  • Fin juin, l’épreuve orale dite « le Grand Oral », d’une durée de 20 minutes, en lien avec les spécialités suivies en terminale. Cette épreuve est dotée d’un coefficient 10 en voie générale et 14 en voie technologique.

L’épreuve de philosophie n’a pas été modifiée par la réforme. Les modalités précises des épreuves de spécialité dépendent des spécialités concernées, comme précisé plus loin. Le déroulement et les attendus du « Grand Oral » sont  détaillés plus loin.

Nota Bene : pour le bac général, sachant que le Grand Oral porte sur les deux spécialités suivies en terminale, le coefficient de ces deux matières au bac s’élève au total à 42%. L’ensemble des spécialités compte pour 50%, en tenant compte de celle suivie uniquement en première (coefficient 8). D’où la grande importance pour le bac du choix des spécialités, particulièrement celles conservées en terminale.

4 - Évaluations en Éducation Physique et Sportive (EPS)

L'EPS fait partie des enseignements obligatoires comptant pour le baccalauréat. La note d'EPS est affectée d'un coefficient 6, en voie générale comme en voie technologique ; elle est prise en compte au titre du contrôle continu. Contrairement aux autres enseignements du tronc commun, l’EPS n’est évaluée qu’en terminale, et selon les mêmes modalités qu’avant la réforme, c’est-à-dire par des évaluations certificatives ; on parle de « contrôle en cours de formation » (CCF).

Les évaluations certificatives d'EPS ont lieu au lycée, pendant l'année scolaire de terminale, et portent sur trois disciplines sportives distinctes. Au lycée Louis-le-Grand sont généralement proposées les disciplines suivantes : course, natation, tennis de table, volley-ball, danse, acrosport. Les sports proposés peuvent néanmoins évoluer d'une année sur l'autre. En outre, toutes les combinaisons ne sont pas autorisées ; par exemple, il faut nécessairement choisir entre course et natation. A la rentrée scolaire de l'année de terminale, les élèves doivent choisir entre plusieurs "menus" imposés, constitués de trois disciplines différentes (exemple de menu : "course, tennis de table, acrosport"). Les menus proposés peuvent également changer d'une année sur l'autre.

Les évaluations sont faites par les professeurs du lycée, pendant l'année, au rythme d'une discipline évaluée par trimestre. L'évaluation a généralement lieu en fin de trimestre, après s'être entraîné pendant les semaines qui précèdent dans le sport choisi. La note tient compte en grande partie de la performance pure (ex: vitesse de course) mais également d'autres critères (ex: capacité à prédire correctement sa performance, etc.). La note finale d'EPS résulte de la moyenne des notes obtenues dans les trois disciplines lors de ces évaluations de CCF. Comme avant la réforme, la note d'EPS du baccalauréat est examinée par une commission chargée d'harmoniser les notes, et peut être modifiée par cette commission. Ainsi, la note finale comptant pour le baccalauréat pourra être légèrement différente de la moyenne des trois notes d'EPS figurant sur les bulletins trimestriels de terminale. La note définitive ne sera connue de l'élève qu'en juillet, au moment de la publication des résultats du baccalauréat.

En plus de cet enseignement obligatoire (et non à la place), il est possible de choisir une discipline sportive particulière en option facultative (natation par exemple). L'évaluation au bac de cette option facultative est effectuée selon les modalités s’appliquant à tous les enseignements optionnels.  

5 - Épreuves terminales de spécialités

Les deux épreuves de spécialité se déroulent en mars de l’année de terminale. Ces épreuves se déroulant avant la fin de l’année, certains chapitres des enseignements de spécialités en sont exclus. Les notes obtenues à ces épreuves figurent dans le dossier de candidature Parcoursup pris en compte pour l’orientation post-bac.

Les modalités précises de l'épreuve dépendent de la spécialité évaluée :

  • Pour le bac technologique STI2D : la spécialité « Physique-Chimie et Mathématiques » est évaluée par une épreuve écrite de 3 h, tandis que la spécialité « Ingénierie, innovation et développement durable » est évaluée par une épreuve écrite de 4 h.
  • Pour le bac général :
    • Les spécialités « Mathématiques », « SI », « HLP », « HGGSP », « SES » et « LLCA » (Latin ou Grec, au choix), sont évaluées par des épreuves écrites de 4 h.
    • Les spécialités « Physique-Chimie », « SVT » et « NSI » sont évaluées par une épreuve écrite de 3h30 et une épreuve pratique (TP) de 1 h. Les épreuves pratiques comptent pour 20% de la note en PC (4/20), 25% en SVT (5/20) et 40% en NSI (8/20).
    • La spécialité LLCE (Anglais à LLG) est évaluée par une épreuve écrite de 4 h et un oral de 20 minutes.

6 - Le Grand Oral

Le « Grand Oral », nouveauté de la réforme du bac, est une épreuve orale se déroulant en juin de l’année de terminale. Elle fait partie des épreuves terminales du bac, et concerne aussi bien les élèves de la voie générale que de la voie technologique. Contrairement aux épreuves finales de spécialité qui ont lieu plus tôt dans l’année de terminale, le Grand Oral porte sur l’ensemble du programme des années de première et de terminale.

L’épreuve nécessite d’abord, pendant l’année, de définir deux questions adossées sur les enseignements de spécialité, et de préparer une réponse argumentée à ces deux questions :

  • En voie générale, les questions portent sur les enseignements de spécialité suivis en terminale.
  • En voie technologique, elles s’adossent à l’enseignement de spécialité dans lequel une étude approfondie ou un projet, a été mené.

Le jour de l’épreuve, le candidat présente l’énoncé des deux questions sur une feuille signée par ses professeurs de spécialité, et le jury en choisit une. Le candidat dispose alors de 20 minutes pour préparer sa présentation.

L’oral, d’une durée totale de 20 minutes, se déroule ensuite en trois temps :

  • Le candidat s’exprime durant 5 minutes sur la question sélectionnée par le jury. Il expose les motivations qui l’ont conduit au choix de la question, puis présente la réponse qu’il a élaborée.
  • Un temps d’échange d’environ 10 minutes s’en suit, au cours duquel le candidat est invité à préciser et approfondir sa pensée. L’élève peut alors apporter des compléments à son propos, et montrer sa capacité à écouter, dialoguer, expliciter et argumenter.
  • Enfin, pendant les 5 dernières minutes de l’épreuve, le candidat décrit son projet d’orientation, puis échange avec le jury sur ce projet.

A savoir : 

  • En voie générale, si la question porte sur l’enseignement de spécialité LLCE, la présentation peut, en partie, être réalisée dans la langue vivante concernée, de même que le temps d’échange. En revanche, la dernière partie se fait nécessairement en français.
  • En voie technologique, cette épreuve permet aux candidats de présenter la démarche qu’ils ont adoptée pour construire et développer leur projet, d’expliciter les motivations personnelles qui les ont conduits à le choisir et de faire part de la réalisation de ce projet.

Le jury est composé de deux examinateurs. En principe, l’un est nécessairement enseignant de la spécialité à laquelle s’adosse la question qui a été retenue par le jury. L’autre examinateur peut être un professeur de toute discipline.

La note de « Grand Oral » est dotée d’un coefficient 10 pour le bac général, et d'un coefficient 14 pour le bac technologique.

  • L’objectif annoncé de l’épreuve de « Grand oral » est de permettre à chaque candidat d’apprendre à s’exprimer en public : savoir expliquer clairement son propos, se sentir à l’aise pour parler en public, disposer de techniques pour gérer son stress, savoir argumenter, échanger avec pertinence avec son auditoire, reformuler sa pensée lorsque cela est nécessaire, etc.
  • Le jour de l’épreuve, le jury a pour consigne d'observer plus particulièrement chez le candidat :
    • La qualité et la construction de son argumentation et de sa démonstration.
    • La qualité de ses connaissances.
    • La qualité de sa prestation orale, c’est-à-dire sa capacité à capter l’attention, soutenir un discours, etc.
    • La qualité de sa prise de parole en continu, c’est-à-dire sa gestion du temps, la ponctuation du discours, etc.
    • La qualité de son interaction avec les membres du jury, c’est-à-dire sa capacité à réagir à une interrogation, à la reformuler, à prendre l’initiative dans l’échange, etc.

7 - Mentions "Section Européenne" ou "Section orientale" au bac

Afin d'obtenir la mention "section européenne" ou "section de langue orientale" (Selo), suivie de la désignation de la langue conservée, sur le diplôme du baccalauréat, il faut satisfaire les trois conditions suivantes :

  • Avoir suivi la classe de première et de terminale en section européenne (anglais) ou en section orientale (chinois à LLG) ;
  • Avoir obtenu une note (moyenne des moyennes annuelles de première et de terminale) égale ou supérieure à 12 sur 20 dans la langue vivante de la section, anglais pour la section européenne et chinois pour la section orientale ;
  • Avoir obtenu une note égale ou supérieure à 10 sur 20 à une évaluation spécifique de contrôle continu visant à apprécier le niveau de maîtrise de la langue de la section ; cette évaluation spécifique comprend :
    • le résultat d'une interrogation orale de langue, qui a lieu à la fin du cycle terminal, comptant pour 80 % de la note globale ; 
    • une note sanctionnant la scolarité de l'élève dans sa section au cours de la classe de terminale, qui compte pour 20 % de la note globale ; en principe, cette note est conjointement attribuée par le professeur de DNL (discipline non linguistique) et par le professeur de langue.

La note finale attribuée à l'évaluation spécifique de contrôle continu pour l'obtention de la mention « section orientale » ou « section européenne » (Selo) est prise en compte, sans pondération, dans le calcul de la moyenne de langue vivante A ou B, sur le cycle terminal (moyenne des moyennes annuelles de première et de terminale).

8 - Enseignements optionnels

Les enseignements optionnels (« options ») sont des enseignements facultatifs qui peuvent être suivis en première et en terminale, ou seulement en terminale :

  • Options disponibles en première et terminale : langues vivantes (étrangère ou régionale), langues et cultures de l’Antiquité (latin, grec), langue des signes, EPS, Arts (arts plastiques, cinéma-audiovisuel, danse, histoire des arts, musique, théâtre)…
  • Options disponibles seulement en terminale (générale) : « maths expertes », « maths complémentaires », « droits et grands enjeux du monde contemporain ». Pour rappel, l’option « maths complémentaires » est réservée aux élèves ayant suivi la spécialité mathématiques en première mais ne l’ont pas conservé en terminale, et l’option « maths expertes » aux élèves qui suivent la spécialité mathématiques en terminale. 

Tous les enseignements optionnels ont un volume de 3 h hebdomadaires.

Les derniers aménagements du baccalauréat installent l’option comme une matière "à part entière” avec son propre coefficient. Le choix définitif d’options pour le bac se fait en début de terminale. L'inscription à une option à l'examen emporte, pour le candidat, l'obligation de faire valoir ses résultats en contrôle continu dans cet enseignement.

Chaque enseignement optionnel choisi pour le bac est évalué en contrôle continu, avec un coefficient 2 pour la classe de première (à partir de la session 2023) et 2 pour la classe de terminale. Ces coefficients s'ajoutent à la somme des coefficients (100) portant sur les enseignements obligatoires. Ce sont les moyennes annuelles (pour chaque année, moyenne des trois moyennes trimestrielles, arrondie au dixième de point supérieur) dans chaque option qui sont comptabilisées pour le baccalauréat, et non pas les points au-dessus de 10. Ainsi, les potentielles mauvaises notes en option pourront faire baisser la moyenne finale au bac ; ces options ne permettront pas de récolter des « points bonus » comme c’était le cas avant la réforme. De plus, comme pour tous les enseignements évalués en contrôle continu, les notes des enseignements optionnels pourront être ajustées par la commission d'harmonisation (voir 2-C, plus haut). 

Les candidats ne peuvent être évalués au total sur plus de deux enseignements optionnels distincts, hormis le latin et le grec qui peuvent s'ajouter en voie générale :

  • Pour le bac technologique, les élèves peuvent faire valoir leurs résultats dans 2 options en classe de première et dans 2 options en classe de terminale, portant la somme des coefficients du bac à un maximum de 108 (100 + 2 x 2 + 2 x 2).
  • Pour le bac général, les élèves peuvent faire valoir leurs résultats dans 1 option en classe de première, et dans 2 options en classe de terminale, auxquelles peuvent s'ajouter chaque année 1 ou 2 enseignements optionnels de Langues et cultures de l'Antiquité (latin et grec). La somme des coefficients du bac général peut donc s’élever au maximum à 114 (100 + 3 x 2 + 4 x 2).

En résumé :

  • Le choix définitif des options comptant pour le bac se fait en début de terminale.
  • Les options sont évaluées uniquement en contrôle continu ; c’est la moyenne annuelle dans l’option qui compte, à part entière (pas uniquement les points au-dessus de 10, comme c'était le cas avant la réforme).
  • Chaque option est évaluée avec un coefficient annuel de 2, qui s’ajoute à la somme des coefficients (100) des enseignements obligatoires.
  • En voie technologique, les élèves peuvent faire valoir 2 options en première et 2 en terminale (somme des coefficients 108, au maximum). 
  • En voie générale, les élèves peuvent faire valoir 1 option en première et 2 en terminale, mais ils peuvent ajouter en plus 1 ou 2 options de langues anciennes (latin, grec) en première comme en terminale (somme des coefficients 114, au maximum). 
  • Un régime transitoire est mis en place pour les terminales du bac 2022 : les notes d’options de première sont intégrées dans les résultats du bulletin scolaire de première (coef.5), tandis que les notes d’options de terminale sont régies par les nouveaux aménagements : notation en contrôle continu, coefficient 2 pour chaque option.

9 - Récapitulatif des coefficients

Le tableau suivant récapitule les coefficients des différentes matières du baccalauréat, à partir de la session 2023.

10 - Liens utiles pour en savoir plus

Pour en savoir plus sur le contenu, les attendus et les coefficients de chaque épreuve, vous pouvez vous rendre sur le site Onisep ou bien sur le site Eduscol.

Le bulletin officiel précise certaines modalités des sessions du bac 2022 et 2023.